Type : Boucle Départ/Arrivée : Parking du Pla de la Lau Durée : 13h (fait en 3 jours)

Dénivelée : ~2300m Kilométrage : ~23km Niveau (?: Randonneur

Difficultés : Passages dangereux en dessous du Col Faustin permettant d’accéder au Mont Valier.

Cet itinéraire classique pour accéder au Mont Valier peut se faire en deux jours, mais il nous a semblé préférable de l’étaler sur trois, afin de prendre le temps de profiter de l’air de la montagne et du paysage absolument magnifique au sommet du Valier. La vue se mérite cependant, car la montée n’est pas de tout repos !

Télécharger le topo à imprimer

Télécharger le fichier KMZ (Google Earth)

Récit d’une ascension sur le mythique sommet des Pyrénées ariégeoises en compagnie d’Alexandra en Juillet 2016, en m’inspirant de ce topo présenté sur le site Pyrandonnées. Voici le tracé :

Valier_00 - Plan1


Jour 1 – du Parking du Pla de la Lau au Refuge des Estagnous (dénivelée +1300m)

00h00 : Nous quittons le Parking du Pla de la Lau, non loin de la Maison du Valier (930m), un peu tardivement vers 10h. Après une petite erreur de parcours (nous avons suivi le GR 10 et avons traversé la rivière juste après la Maison du Valier alors que nous étions censés rester sur la rive est), nous rattrapons vite le chemin et entamons une montée tranquille à travers la forêt, que nous quittons rapidement à mesure que l’on remonte la vallée du Ribérot sur un sentier bien balisé.

Valier_02 - Hauteurs de la vallée du Ribérot

Hauteurs de la vallée du Ribérot.

01h30 : Après 1h30 de montée, nous atteignons la Cascade de Nérech. Il fait déjà très chaud, et l’eau de la cascade parvient à peine à nous rafraîchir. Cette cascade à la forme plutôt originale vaut cependant le détour !

Valier_03_2

La Cascade de Nerech.

02h00 : Le sentier contourne la cascade par la gauche en gravissant le raide mur qui permet de passer au-dessus avant de continuer à travers les rhododendrons. Nous nous arrêtons une demi-heure à l’ombre de l’un des rares arbres pour manger.

03h45  : Après 3h45 depuis le départ, pauses comprises, nous atteignons la Cabane des Caussis. Le GRT que l’on suivait depuis le départ continue vers l’Etang Rond puis l’Etang Long. Nous le quittons pour entamer la dernière ascension vers le Refuge des Estagnous.

05h00  : Nous atteignons finalement le Refuge des Estagnous en milieu d’après-midi, 5h après avoir quitté le parking. La montée n’était pas très longue, mais la dénivelée est assez importante et le sentier grimpe sans discontinuer tout du long ! Nous savourons une bière bien méritée au soleil …

Valier_04

Alexandra et moi à l’arrivée. Il fait chaud !

Valier_08

Vue depuis le refuge. Le lendemain, nous camperons près de ce petit lac.

Valier_09 - Objectif Valier

Le Mont Valier (2838m), que nous gravirons le lendemain, nous fait de l’oeil !

 

En fin d’après-midi, Céline Espardellier, petite-fille de l’un des membres des Expéditions Polaires Françaises de Paul-Emile Victor, est venue nous conter quelques histoires inuits. Plus tard dans la soirée, elle nous a montré « Racine de glace », un documentaire réalisé lors de son expédition en 2004 au Groenland sur les traces de son grand-père Alain Joset, disparu dans une crevasse le 4 août 1951. Les histoires étaient très belles et le documentaire émouvant ! Belle rencontre.

Valier_10

La conteuse inuit captive son audience !

Valier_11

Magnifique coucher de soleil sur le refuge.


Jour 2 – Aller-retour au Mont Valier (dénivelée +600m -600m)

00h00 : Le lendemain matin, après une solide nuit de sommeil, nous partons vers 9h sans nous presser en direction du Mont Valier. L’aller-retour ne dure que 3h sans pauses, et c’est notre seul objectif de la journée ! Le sentier n’est pas balisé mais il se voit très facilement. Il quitte le refuge tout droit vers le Valier, et rapidement commence à monter raide à travers un pierrier quelque peu glissant. Comme nous, beaucoup de randonneurs ont laissé leurs sacs au refuge pour gravir le pic, ce qui facilite tout de même la montée.

01h00  : Après 1h de marche, nous atteignons le Col Faustin. Prudence sur la montée jusqu’au col, en particulier si vous êtes sujets au vertige : le sentier est raide, étroit et aérien, et a surpris plus d’un randonneur par le passé. Il faut souvent mettre les mains pour grimper, et si certains passages sont équipés de chaînes, elles ne sont pas d’une grande utilité à mon avis, sauf en cas de neige. Au col, un touchant poème en hommage à une dénommée Sophie (RIP, 2001) rappelle à tous de ne pas sous-estimer ce dangereux « couloir Faustin ».

Valier_12 - Col Faustin

Vue depuis le Col Faustin. Le couloir de neige qui démarre ici descend raide sur 1300m, et je n’ose pas approcher trop du bord !

01h30 : La montée au sommet depuis le col est beaucoup plus facile et sans danger. Une fois en haut, il n’y a que très peu de place pour bouger, et les trois autres côtés du mont sont à pic ! Avec une météo parfaite et un ciel absent de nuages, nous avons une vue absolument magnifique qui vaut tous les efforts déployés pour monter. Quelques photos …

Valier_13

Selfie avec la Maladeta en fond. Ca vaut le coup !

Valier_14

Alexandra admirant l’impressionnante falaise à pic juste sous nos pieds.

Valier_15 - Du haut du Valier

Deux croix en métal trônent au sommet du Mont Valier, reliées entre elles par plusieurs petits cordons décorés de fanions.

Valier_16 - Vue de l'Aneto et la Maladeta

Vue sur la Maladeta, dominée par l’Aneto, plus haut sommet de la chaîne (3404m). En contrebas, on aperçoit l’Etang Long.

Valier_17

Au premier plan, le Petit Valier (2736m).

Valier_18 - Trémoul et les Lauzets

Belle vue sur les Lauzets (ancien glacier) et les Etangs de Milouga et d’Arauech. C’est par là que nous redescendrons le lendemain.

Valier_19 - Vers Toulouse

Vue vers le nord, en direction des plaines.

Valier_20

Une belle photo de montagnes dont je ne connais pas le nom …

Valier_21

Vue sur les étangs et le Pic de Lampau (2543m).

02h00 : Après une demi-heure à profiter du paysage au sommet, nous entamons la redescente, avec prudence entre le Col Faustin et le refuge.

Valier_22 - Redescente

Vue sur le Refuge des Estagnous et ses petits lacs depuis le flanc du Mont Valier.

03h30 : Retour au refuge après 1h30 de descente. Après un déjeuner tranquille, nous passons l’après-midi à nous reposer au soleil – un peu trop même, car nous attrapons tous les deux une légère insolation et quelques coups de soleil …

Valier_23

Après-midi repos aux alentours du refuge.

Valier_25

Quelques vaches paissent tranquillement près du refuge.

Valier_26

La tente est montée dans un cadre très sympa, bien qu’un peu peuplé (beaucoup de monde campait autour du refuge en ce week-end du 14 juillet).

Valier_26_2

Parfois, c’est bien de juste se tremper les pieds au lieu de marcher …

Valier_29_2

Le soir venu, la Lune nous honore de sa présence bien avant le coucher du soleil.

Le Mont Valier au crépuscule, arborant une couleur rouge-orangée.

Valier_33

Une belle photo de silhouettes au coucher du soleil !

 


Jour 3 – du Refuge des Estagnous au Parking du Pla de la Lau (dénivelée +400m -1700m)

Valier_34

Le précieux café du matin !

Valier_35

Nos compagnes pour le petit-déjeuner.

00h00 : Nous quittons notre bivouac vers 09h15 le matin après un frugal petit-déjeuner. L’objectif de la journée est de retourner au parking où nous avons laissé la voiture deux jours plus tôt, en passant par la vallée du Muscadet plutôt que par la vallée du Ribérot (itinéraire aller). Nous empruntons le petit sentier qui part du Refuge des Estagnous en direction du Col de Pécouch.

Valier_36 - Trémoul

Vue sur le Pic de Trémoul (2350m). Le Col de Pécouch est juste sur la droite, masqué par les rochers au premier plan.

00h45 : Le chemin n’est pas très bien balisé, et nous suivons plus ou moins une trace jusqu’au col, qui heureusement est toujours visible, ce qui aide à ne pas se tromper d’itinéraire. La montée se fait rapidement, et permet de bien se mettre en jambes pour la journée.

Vue depuis le Col de Pécouch.

01h30  : Depuis le Col de Pécouch, le sentier descend doucement à travers les Lauzets. Il n’est pas balisé et souvent pas tracé du tout, mais de nombreux cairns permettent de ne pas s’égarer. Après 45min de marche, nous atteignons les hauteurs au-dessus de l’Etang de Milouga.

Valier_41

Les Lauzets, et le Mont Valier sur la gauche. On voit bien l’action de l’ancien glacier sur la roche !

02h00 : Après un passage très raide à travers un éboulis, nous atteignons le petit Etang de Milouga, où nous faisons une longue pause en se trempant les pieds dans l’eau (glaciale !) du lac.

Valier_43 - Etang de Milouga

Etang de Milouga.

Valier_44

Depuis l’étang, le sentier remonte légèrement en suivant une ligne de niveau. Le soleil tape assez fort, mais le paysage est très agréable.

03h00 : Nous atteignons la Cabane Taus, occupée par un large troupeau de vaches.

Valier_45

Un selfie pour la route ! Oui, il fait très chaud.

Valier_48

Petit regard en arrière …

03h15 : Peu après avoir passé la Cabane de Taus, nous retrouvons au Cap des Lauzes le GR 10, qui descend une pente herbeuse en lacets raides. Après une rapide pause déjeuner sous un soleil cuisant, nous laissons donc le sentier qui continue tout droit à flanc en direction de l’Etang d’Ayes et entamons la descente par le GR.

04h15 : Les lacets sont plus agréables à parcourir qu’ils n’en ont l’air, et nous atteignons rapidement la Cabane d’Aouen en bas, puis traversons le ruisseau d’Aouen.

Valier_50

Belle vue sur la vallée d’en face. Un sentier (GRT54) qui la remonte permet de passer sous le Pic de Barlonguère et de rejoindre le Refuge des Estagnous en passant par l’Etang Long et l’Etang Rond. Cela aurait été un autre itinéraire retour possible.

05h00 : Après quelques lacets supplémentaires, on retrouve enfin la forêt, et surtout l’ombre, et nous faisons une nouvelle petite pause. Le sentier continue de descendre assez raide, et traverse de nouveau le ruisseau d’Aouen.

Valier_51 - Retour par la forêt

La forêt en bas de la vallée du Muscadet, très agréable.

Valier_49

Cascade du ruisseau d’Aouen, juste au bord du sentier.

06h15 : Nous sommes de retour vers 15h à la Maison du Valier. La descente par cette vallée était plus longue, mais aussi plus variée et plus sympathique que par la vallée du Ribérot que nous avions prise à l’aller.


Somme toute, c’était une très belle randonnée avec une forte dénivelée qui en fait un bon exercice pour débuter la saison ! Nous ne regrettons pas d’avoir effectué le parcours sur 3 jours plutôt que 2 : le topo initial dont nous nous sommes inspirés suggérait d’effectuer l’ascension du Mont Valier le matin du 2ème jour, avant de redescendre directement par la vallée du Muscadet. Cela aurait fait une journée à plus de 8h de marche sans compter les pauses, avec beaucoup de dénivelée. A cela il aurait fallu ajouter le retour en voiture … Sur 3 jours, la journée du milieu était un peu creuse en termes de randonnée, mais l’ascension du Valier est suffisamment époustouflante pour remplir un jour entier, et cela ne fait jamais de mal de prendre un peu de bon temps à se reposer en altitude.

Un petit mot sur le Refuge des Estagnous où nous avons passé une nuit : les gardiens sont très accueillants, et le bâtiment est très bien équipé ; il y a même des toilettes et des douches (froides, il faut payer pour l’eau chaude) ! On y mange aussi comme des rois, malgré le monde (75 personnes à table), et on y dort très bien. Et la présence de la conteuse inuit était une belle surprise !

Leave a Reply